Essai d’affaissement
au cône d’Abrams

Essai permettant de mesurer la consistance du béton frais de classe S1-S5

selon NF EN 1235-2

Détermination masse volumique du béton frais


selon NF EN 12350-6


Mesure de la teneur en air
du béton frais

Selon NF EN 12350-7


Essai d’étalement sur les BAP

Essai permettant de définir la fluidité et la mobilité en milieu non confiné des bétons auto-placants

selon NF EN 12350-8


Essai à la L-Box pour BAP

Détermination de la mobilité des BAP en milieu confiné

selon NF EN 12350-10


Essai de stabilité au tamis
pour BAP

Essai permettant de mesurer la résistance à la ségrégation et la stabilité du BAP

Selon NF EN 12350-11


Essai d’affaissement au cône d’Abrams

Egalement connu sous le nom de “Slump”, cet essai a pour objectif de déterminer le degré de plasticité d’un béton, à savoir sa consistance (hors BAP). Cet essai permet notamment de vérifier qu’un béton livré appartient bien à la classe de consistance spécifiée par le producteur, ce qui se révèle être particulièrement important, notamment en ce qui concerne sa maniabilité, son ouvrabilité, et surtout son rapport E/C. En effet, plus le rapport Eau / Ciment est élevé (par rapport à la formulation théorique du béton), plus la perte de résistance du béton durcis sera importante.

La norme NF EN 206/CN préconise les limites admissibles pour chacune des 5 classes de consistances existantes
(voir croquis ci-dessous).

DETERMINATION DE LA MASSE VOLUMIQUE DU BETON FRAIS

La masse volumique est une grandeur physique. il s’agit du rapport de la masse du béton par unité de volume (exprimé en mètre-cube). La masse du béton étant exprimée “m” et celle du volume “v”. 

.Il est important à ce titre de rappeler qu’il ne faut pas confondre masse volumique avec densité. En effet, la seconde est le rapport de la masse volumique (du béton) avec celle de l’eau (prise à une T° de 4°C, à sa masse volumique maximale).

L’essai de détermination de la masse volumique du béton frais s’avère fort simple : il suffit de diviser la masse obtenue par le volume du récipient utilisé.

Le résultat s’exprimant en kg/m3

MESURE DE LA TENEUR EN AIR

La teneur en air d’un béton, et notamment dans le cas d’un béton contenant de l’air entraîné (par ajout d’un adjuvant entraîneur d’air lors de sa fabrication), est un élément important à prendre en compte. 

En effet, même si la présence de bulles d’air (dans le cas des béton contenant de l’air entraîné) permet d’augmenter la résistance du béton aux cycles de gel/dégel, l’augmentation du % d’air occlus va généralement de pair avec une baisse des résistances mécaniques.

Essais spécifiques pour les Bétons Auto-Placants

Les BAP sont des bétons devant présenter une grande fluidité afin de pouvoir remplir les coffrages et noyer les armatures sans aucune vibration. Afin de garantir un remplissage optimal et une parfaite conservation des propriétés mécaniques des BAP (à savoir une bonne résistance à la ségrégation dynamique, lors du coulage, et à la ségrégation statique, une fois le BAP mit en place), il est nécessaire de réaliser des essais avant la mise en oeuvre afin de contrôler leurs rhéologies.


ESSAI D’ETALEMENT AU CONE D’ABRAMS

Cet essai est utilisé afin de mesurer la fluidité et la mobilité des BAP en milieu non confiné. 

le cône d’Abrams, également utilisé pour l’essai d’affaissement, est disposé sur une “plaque d’étalement” puis rempli en une seule passe. Après soulèvement du cône, le béton s’étale par gravité, puis l’on effectue 2 mesures perpendiculaires sur la galette obtenue (+ petit et + grand diamètre) avec lesquels on calcul une moyenne qui correspondra donc à la valeur de l’étalement.

Bien que dépendant de la classe de consistance prévue dans la formulation du béton (SF1 à SF3), l’on considère généralement que des valeurs de l’ordre de 600 à 750mm correspondent à un étalement conforme.


ESSAI DE LA BOITE EN “L” (L-BOX)

Contrairement à l’essai d’étalement, l’essai à la boîte en L permet de déterminer la mobilité en millieu confiné du BAP, à savoir son aptitude à traverser des zones fortement armées. L’analyse permet notamment de vérifier que l’écoulement du béton ne sera pas entravé par des amas de granulats en amont des armatures.
La méthode d’essai consiste à remplir la partie verticale de la L-Box avec le BAP, puis de soulever la trappe intermédiaire afin de permettre au béton de s’écouler dans la partie horizontale (en passant aux travers d’armatures de diamètre 12mm. 
Lorsque le béton s’est stabilisé, les différences d’écoulement H1 et H2 (voir schéma) sont mesurées. Le résultat de l’essai étant le rapport H2/H1 (un rapport supérieur à 0.8 signifiant un écoulement correct du BAP)

ESSAI DE STABILITE AU TAMIS

Cet essai permet d’évaluer le risque de ségrégation statique et d’observer le ressuage du BAP. En effet, ce dernier doit pouvoir rester stable sous l’effet de la gravité.
Le test est trés simple, et se résume à déverser du béton sur un tamis d’ouverture 5mm, à une hauteur de chute d’environ 50cm. Après 15 minutes d’attente, le volume de laitance ayant traversé le tamis est pesé.
l’on calcul ensuite le % de laitance par apport à la masse de béton déversé afin d’exprimer la stabilité du béton.
Plus ce % est faible, plus le BAP est considéré comme étant stable